Histoire des relais et balises

 

Histoire des relais

 Le trafic THF via relais

Les ondes se propageant en ligne droite, il est souvent difficile pour un radioamateur habitant dans "un trou" de communiquer avec des stations situées au delà des obstacles naturels (relief montagneux, collines) ou artificiels (constructions urbaines...). Une des solutions utilisées sur VHF et UHF est l'utilisation d'une station relais.

Qu'est ce qu'un relais ?

Un relais (parfois appelé "répéteur") est une station automatique qui écoute sur une fréquence (ou une bande de fréquences) et retransmet sur une autre fréquence (ou une autre bande de fréquences). Les relais sont généralement situés dans des endroits dégagés, sur des points hauts en région montagneuse ou sur des bâtiments élevés en zone urbaine.
Un relais est caractérisé par sa zone de couverture, sa fréquence d'entrée, sa fréquence de sortie et sa classe d'émission. Il existe des relais phonie (en FM), SSTV, ATV... Les digis utilisés pour le packet-radio ne sont pas compris dans les relais. Nous ne parlerons ici que des relais phonie FM sur VHF. Le relais local est souvent un lieu de rassemblement qui permet aux OM de passage dans une région de se faire rapidement des connaissances

Principaux types de relais

a) émission et réception sur la même bande, sur deux fréquences séparées. La différence entre les deux fréquences est appelée "shift". Le shift peut être positif (ex : +600kHz) ou négatif. Sur la bande 2 m le shift est de +600 kHz, la fréquence de réception (appelée "fréquence d'entrée") du relais, autrement dit la fréquence d'émission de la station utilisatrice, est par conséquent 600 kHz plus basse que la fréquence de réception du relais. Un relais qui écoute sur 145,100 retransmet sur 145,700. Les fréquences d'entrée, comme les fréquences de sortie, sont espacées de 25 kHz, voire 12,5 kHz et normalisées en canaux (voir : liste des canaux des relais de 29 à 1300 MHz).
b) émission et réception s'effectuent tour à tour sur deux fréquences simplex choisies dans deux bandes différentes. Prenons un exemple. La station A émet et reçoit en FM sur 145,275, la station B émet et reçoit sur 433,275. Entre les deux un relais écoute la station A qui émet sur 145,275 et retransmet son message sur 433,275 pour que la station B puisse l'entendre. Lorsque A cesse d'émettre le relais repasse à l'écoute des deux fréquences et dés que B répond à A le relais passe en émission sur 145,275.
c) transpondeur linéaire. C'est le type de relais qui "translate" une sous-bande de fréquence prise à l'intérieur d'une bande amateur (par exemple 29,600-29,650 MHz) vers une autre bande amateur (par ex : 145,200-145,250 MHz). Tous les signaux reçus sont réémis quelque soit le mode.

Procédure de trafic via relais

En l'absence de trafic un relais reste en veille. Pour le rendre actif, il faut d'abord le déclencher en lui envoyant une tonalité sub-audible (CTCSS) ou une tonalité audible de 1750 Hz pendant quelques secondes. Il passe alors en émission pour envoyer son indicatif sous forme d'un petit message terminé par la lettre "K" manipulée en morse ("dah-di-dah") puis il retransmet ce qu'il entend. Le relais reste actif tant qu'il entend un signal ; si ce signal disparait, il repasse en veille au bout de quelques secondes après avoir émis un petit message d'avertissement, son indicatif ou le code "73" émis en morse, par exemple.
Pour connaître les relais d'une région on peut se procurer la carte de France des relais éditée par le REF-Union ou sélectionner dans la liste des relais celui qui semble le plus favorable. Un "coup de 1750Hz" pendant quelques secondes sur la fréquence adéquate permet d'évaluer rapidement les conditions de la liaison, surtout si le relais donne un report à la station entendue.
On peut résumer la procédure standard à :
- délenchement du relais et attente de l'invite à transmettre (K).
- appel sous la forme "appel général sur le relais de F8XXX qui repasse à l'écoute".
- écouter et attendre une réponse pendant les 10 ou 20 secondes où le relais reste actif.

Quelques précautions :

- Attendre que le relais ait passé l'invitation à tranmettre avant de parler.
- Toujours vérifier que le canal et le shift sont bien réglés.
- Faire des appels courts, il y a souvent des stations à l'écoute susceptibles de répondre à un appel.
- Toujours transmettre son indicatif, même pour un simple essai.
- Dans le cas d'un relais très sollicité et d'une liaison possible en direct, il vaut mieux dégager sur une fréquence simplex.
- Pour se signaler dans un QSO, attendre que la station qui parle repasse à l'écoute.
- Dans un QSO établi, avant de reprendre le micro pour répondre à son correspondant, laisser un petit "blanc" pour permettre à d'autres stations de se signaler.
- Ne jamais perdre de vue qu'un relais est très écouté, en particulier par des SWL.
- Ne pas faire des messages trop longs ou monopoliser un relais

Extrait de notre ami Fouad Lazrak de Marrakech auquel on adresse tous nos remerciements

============================================================================================================

Les relais du Maroc  ............. Pour les details ................. cliquez ici

Les relais de France  ............ Pour les details ................. cliquez ici

voir suite pour autres details .............................................cliquez ici

Date de dernière mise à jour : 10/01/2014